J Ai Beau Essayer Des

J'ai le gout des remords
J'ai le parfum des regrets
Oui je sais j'ai eu tord
J'ai le gout des remords
J'ai le parfum des regrets
Oui je sais j'ai eu tord
D'avoir tout gaché mais s'est fait
Essayer encore
C'est mieux que de dire je m'en vais
Notre amour n'est pas mort

N'tawi ou ou ou
J'ai beau essayer de t'oublier
N'tawi ou ou ou
J'ai beau essayer de t'effacer
N'tawi ou ou ou
J'ai beau essayer de t'oublier
N'tawi ou ou ou
Bébé bo bo mwen

Cha N'kama wi sodio ji ya amo
Mi avo ja
Pimpa un dia sta kré fakata me
Kata lakrima pa ****** ke N'da
Tujiyu no ché
Vive pou N'me

N'tawi ou ou ou
J'ai beau essayer de t'oublier
N'tawi ou ou ou
J'ai beau essayer de t'effacer
N'tawi ou ou ou
J'ai beau essayer de t'oublier
N'tawi ou ou ou
Bébé bo bo mwen

Je m'en veut (je t'en veut)
Je veux qu'on soit baby
Si je fait un voeux
Je recommençerais
Parce que j'ai peine à t'oublier
Parce que je ne me pardonnerais jamais
Parce que tu est ma moitié
Et que je t'aime vraiment baby

N'tawi ou ou ou
Bébé bo bo mwen
N'tawi ou ou ou
Querida bo bo mwrn
N'tawi ou ou ou
Senorita bo bo mwen
N'tawi ou ou ou

Oh oh oh oh
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh
Oh oh
Oh ho ho oh oho ho ho oh oh

Si boku ya N'funi yama
N'tuvinia corason kawa
Baby vo e tut pa mi
Si ou gadé sa ki adidan mwen
Ou ké wè ke san vou man pa ayin
Baby ou sé tout' pou mwen

Si boku ya N'funi yama
N'tuvinia corason kawa
Baby vo e tut pa mi
Si ou gadé sa ki an didan mwen
Ou ké wè ke san vou man pa ayin
Baby ou sé tout' pou mwen

J'ai le gout des remords
J'ai le parfum des regrets
Oui je sais j'ai eu tord

Blessé et réformé au cours de la Première Guerre mondiale, le narrateur et personnage principal,
Ferdinand Bardamu, connaît des années d'errance en Afrique puis aux États-Unis avant de devenir médecin
auprès des pauvres de la banlieue parisienne. Durant ces tribulations, il a souvent croisé le parcours de son
ami Robinson, qui figure en quelque sorte son double maudit et qui finit par être tué. L'extrait suivant se situe peu avant la fin du roman.

J'avais beau essayer de me perdre pour ne plus me retrouver devant ma vie,je la retrouvais partout
simplement. Je revenais sur moi-même. Mon trimbalage à moi, il était bien fini.A d'autres !...Le monde était refermé ! A bout qu'on était arrivés nous autres !...Comme à la fête !...Avoir du chagrin c'est pas tout, faudrait pouvoir recommencer la musique, aller en chercher davantage du chagrin... Mais à d'autres!.. C'est la jeunesse qu'on redemande comme ça sans avoir l'air... Pas gênés !...D'abord pour endurer davantage j'étais plus prêt non plus !...Et cependant, j'avais même pas été aussi loin que Robinson moi dans la vie !...
J'avais pas réussi en définitive.J'en avais pas acquis moi une seule idée bien solide comme celle qu'il avait eue pour se faire dérouiller. Plus grosse encore une idée que ma grosse tête, plus grosse que toute la peur qui était dedans, une belle idée, magnifique et bien commode pour mourir... Combien il m'en faudrait à moi des vies pour que je m'en fasse ainsi une idée plus forte que tout au monde? C'était impossible à dire!
C'était raté! Les miennes d'idées elles vadrouillaient plutôt dans ma tête avec plein d'espace entre, c'étaient comme des petites bougies pas fières et clignoteuses à trembler toute la vie au milieu d'un abominable
univers bien horrible... Ça allait peut-être un peu mieux qu'il y a vingt ans, on pouvait pas dire que j'avais pas fait des débuts de
progrès mais enfin c'était pas à envisager que je parviennejamais moi, comme Robinson, à me remplir la tête avec une seule idée, mais alors une superbe pensée tout à fait plus forte que la mort et que j'en arrive
rien qu'avec mon idée à en juter partout de plaisir,d'insouciance et de courage. Un héros juteux.

0 thoughts on “J Ai Beau Essayer Des

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *